Mécanique

Mécanique classique

La mécanique classique est découpée en domaines d'étude qui vont de la mécanique du solide indéformable et d'autres systèmes mécaniques avec un nombre fini de degrés de liberté, à d'autres systèmes comme la mécanique des milieux continus (systèmes avec des degrés infinis de liberté). Il existe deux formulations différentes, qui diffèrent dans le degré de formalisation pour les systèmes avec un nombre fini de degrés de liberté :

- Mécanique newtonienne. Elle a donné naissance aux autres disciplines et se divise en plusieurs d'entre elles : la cinématique (l'étude du mouvement en soi, sans s'occuper des causes qui sont à l'origine), l'esthétique (l’étude de l'équilibre entre les forces) et la dynamique (l'étude du mouvement qui s'occupe de ses origines, les forces).
- Mécanique analytique. Une formulation mathématique très puissante de la mécanique newtonienne basée sur le principe de Hamilton qui emploie le formalisme de variétés différenciables, concrètement, l'espace de configuration et l'espace des phases.

Appliquées à l'espace euclidien tridimensionnel et à des systèmes de référence inertiels, les deux formulations sont équivalentes.

Les hypothèses de base qui caractérisent la mécanique classique sont :

Prédictibilité théoriquement infinie, mathématiquement si dans un instant déterminé on connaissait (avec une précision infinie) les positions et les vitesses d'un système fini de N particules, théoriquement les positions et les vitesses futures peuvent être connues étant donné que, en principe, il existe des fonctions vectorielles qui définissent les positions des particules à n'importe quel instant de temps.

Cet article a été traduit par Mondo Agit.